Le rôle des complémentaires santé dans le processus d’innovation

Josette Guéniau, Guillaume Moukala Same

À l’heure où le Haut Conseil sur l’Avenir de l’Assurance Maladie (HCAAM) s’interroge sur l’avenir des complémentaires santé, il est nécessaire de rappeler que les organismes complémentaires d’assurance maladie (OCAM) contribuent à injecter de l’innovation dans le système de santé. L’innovation est définie par l’Insee comme l’« introduction sur le marché d’un produit ou d’un procédé nouveau ou significativement amélioré par rapport à ceux précédemment élaborés par l’unité légale ». Cette innovation peut viser les produits (biens ou services) vendus par l’entreprise, ou ses procédés (organisation interne, tâches administratives, tarification, etc.). Il existe trois raisons fondamentales pour lesquelles les OCAM sont particulièrement bien placés pour stimuler l’innovation en santé. Premièrement, la concurrence régnant sur le marché de l’assurance complémentaire incite les OCAM à se différencier et donc à innover. Deuxièmement, la quasi-obligation pour les OCAM de maintenir leurs comptes à l’équilibre, qui résulte à la fois de la régulation  et de la loi du marché, les oblige à déployer des innovations favorisant une réduction de leurs coûts. Troisièmement, la gestion des contrats implique une proximité avec le client qui permet aux OCAM de mieux cerner leurs besoins concrets et d’y répondre par des produits et des procédés adaptés et nouveaux.

Historiquement, les OCAM, et plus particulièrement les mutuelles, ont introduit plusieurs innovations qui ont contribué à améliorer l’accès aux soins. L’invention du principe même de protection sociale par les ancêtres des mutuelles, les « sociétés de secours mutuel » formés à l’initiative des ouvriers et des artisans, constitue déjà en soi une innovation d’ampleur. Les mutuelles sont également à l’origine du tiers-payant, pratique aujourd’hui très répandue que les pouvoirs publics cherchent à généraliser un maximum.

Les innovations récentes des OCAM présentées dans cette note s’articulent autour de deux axes principaux, les soins et le modèle assurantiel, déclinés selon les deux types d’innovation définis par l’Insee (produit et procédé). Les innovations relatives à la prévention ne seront pas développées ici et feront l’objet d’une note dédiée, publiée ultérieurement. Ces innovations contribuent toutes à améliorer le service rendu aux assurés, que ce soit en élargissant l’offre de soins, en améliorant l’expérience des assurés au sein du parcours de soins, en perfectionnant le rapport qualité-prix des contrats ou en améliorant l’efficacité des processus internes.

Téléchargez notre note pour la suite

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

AUTEUR DE LA PUBLICATION

Josette Guéniau

author-avatar

Josette Guéniau est une professionnelle et ex-dirigeante de l’assurance santé, devenue conseil auprès des assureurs complémentaires depuis plus de 10 ans, notamment sur les sujets de la réglementation, de l’innovation et de la stratégie marketing. A ce titre elle s’intéresse depuis plus de 5 ans à l’apport de la téléconsultation dans la prise en charge au plan de l’accès et de la qualité à la santé mais aussi à son financement.

Guillaume Moukala Same

author-avatar

Chargé d'études à l'Institut Sapiens. Etudiant à Sciences Po Grenoble