Le mille-feuille opaque et inefficient du contrôle des dépenses liées au médicament

Clarisse Pamiès, Brigitte Saunier

Le contrôle des dépenses de santé est chaque année l’enjeu de la LFSS et les mesures mises en place doivent évoluer pour prendre en compte de nouveaux leviers. Cependant, en additionnant les couches pour réguler les dépenses, le système de financement des médicaments se complexifie chaque année, aboutit à des ‘effets pervers’ au sens économique du terme. Et finalement conduit à une opacité qui ne permet plus le débat démocratique sur les choix réalisés de facto. C’est pourquoi, à court terme, dans le cadre de la LFSS 2022, on peut s’interroger en particulier sur l’article 16 du PLFSS 2022, qui apporte un ajout dans l’assiette de contribution à la clause de sauvegarde mais laisse un dispositif à la fois peu transparent, inéquitable et inefficient dans le contrôle des dépenses des santé. Et plus largement, il est grand temps de poser les bases d’une révision du système de remboursement de l’innovation, de l’accès aux médicaments et du contrôle de la pertinence des soins.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

AUTEUR DE LA PUBLICATION

Clarisse Pamiès

author-avatar

Normalienne, économiste-statisticienne. Combine depuis 15 ans les perspectives dans le public et le privé en France et à l’international sur la santé et le numérique. Désormais CEO d’une start up deep tech dans prévention ciblée en santé mentale. Profondément convaincue que la technologie bouscule positivement la santé à devenir plus performante et plus humaine - à la condition que la régulation et le financement soient au rendez-vous.

Brigitte Saunier

author-avatar

Consultante - Pharmacienne, diplômée en droit de la santé. Un début de carrière en recherche en Biochimie puis plus de trente ans dans l’industrie pharmaceutique au sein de différents laboratoires internationaux dans en charge successivement de différentes activités: marketing, promotion médicale, affaires pharmaceutiques et médicales, affaires réglementaires, et de l’accès au marché. Elle a également été élue à plusieurs reprises au Conseil de l’Ordre des Pharmaciens (section B).