Interdiction des véhicules thermiques neufs en 2035 dans l’UE : une décision éclairée ?

Philippe Charlez, François Henimann

Le Parlement Européen a adopté le 8 juin 2022 la proposition de la Commission de juillet 2021 visant à interdire la commercialisation de véhicules thermiques (voitures et petits utilitaires à l’exclusion des poids lourds) à partir du 1er janvier 2035. Cette décision s’inscrit dans le cadre de la politique climatique de l’UE ambitionnant d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050.

La décision est lourde de conséquence pour le citoyen sur le plan de l’usage, la faisabilité « universelle » du VE (Véhicule Electrique) sur longue distance étant loin d’être démontrée. D’autant que la déclaration du rapporteur Néerlandais Jan Huitema argumentant « qu’il reviendra moins cher pour les consommateurs d’acquérir et de conduire des véhicules à émission nulle » apparait doublement infondée. D’une part, le coût de production d’un VE est actuellement supérieur de 50 % à celui d’un véhicule thermique comparable.

D’autre part, si les VE ne produisent pas de dioxyde de carbone durant leur phase d’utilisation elles sont loin d’être totalement propres sur leur cycle de vie complet : (1) l’électricité utilisée pour recharger les batteries des véhicules n’est pas aujourd’hui, loin de là, décarbonée sur l’ensemble du continent européen (2) la fabrication des batteries est un processus très énergétivore et très émetteur faisant notamment appel à une panoplie de métaux rares (cobalt, lithium, graphite) qu’il faut extraire du sous-sol.

La décision est aussi lourde de conséquence pour l’industrie automobile européenne obligée de se restructurer totalement en moins de 15 ans contrairement à ses confrères asiatiques et américains autorisés à continuer de produire librement des voitures thermiques au-delà de 2035. Rappelons que la filière automobile européenne représente 7% du PIB et emploie 10% de la main- d’œuvre manufacturière (soit 12,6 millions de personnes, tous secteurs confondus).

Téléchargez la note à l’aide du bouton bleu

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

AUTEUR DE LA PUBLICATION

Philippe Charlez

author-avatar

Ingénieur des Mines de l’École Polytechnique de Mons (Belgique) et Docteur en Physique de l’Institut de Physique du Globe de Paris. Expert internationalement reconnu en énergie, Charlez est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la transition énergétique. Philippe Charlez enseigne à Science Po, Dauphine, l’INSEAD, Mines Paris Tech, l’ISSEP et le Centre International de Formation Européenne. Il est éditorialiste régulier pour Valeurs Actuelles, Contrepoints, Atlantico, Causeur et Opinion Internationale.

François Henimann

author-avatar

Diplômé de l’Ecole Centrale de Lyon en 1976, et de l’IAE en 1983, François Henimann a réalisé l’essentiel de sa carrière dans les groupes EDF et Gaz de France : manager d’entités opérationnelles, responsable ressources humaines, développeur et administrateur des filiales de Gaz de France en Hongrie, puis Directeur Départemental et Directeur National pour l’expertise réseaux d’électricité et raccordement au réseau d’ERDF, devenu ENEDIS. Depuis 2013, il est consultant indépendant dans le domaine de l’énergie et de l’administration de sociétés.