Dans un monde où tout est instantané, l’Institut Sapiens vous propose de prendre 5 minutes chaque lundi pour (re)découvrir les principales informations économiques et technologiques de la semaine écoulée, commentées par nos experts.

La France prête à taxer elle-même les GAFA si aucun accord européen n’est trouvé

Source : Clubic

Bruno LeMaire tente depuis plusieurs mois de mettre en place une taxe sur le chiffre d’affaires des GAFA au niveau européen. Ce projet a rencontré plusieurs oppositions, comme celles de l’Irlande, du Luxembourg, et plus particulièrement de l’Allemagne, qui souhaite une taxe mondiale sur le chiffre d’affaires des géants du numérique. Suite à ces réticences et à l’instar du Royaume-Uni ou de l’Espagne, la France est prête à mettre en place une taxe nationale sur les GAFA si aucune avancée européenne n’est faite sur le sujet avant mars 2019.Toutefois une bonne nouvelle est à signaler concernant cette dernière. Bruno LeMaire a obtenu l’accord du vice-chancelier allemand concernant la mise en place de cette taxe européenne sur les GAFA.

Notre analyse : La France paie ici sûrement son laxisme budgétaire et la chute de son influence en Europe. Le non-respect régulier de la non règle des 3% de déficit (qu’elle est la seule à dépasser) affaiblit sa crédibilité vis-à-vis des autres gouvernements, ce qui ne lui permet donc pas de pouvoir imposer de nouvelles règles. Nul doute qu’une taxe sur les GAFA uniquement mise en place par la France sera inefficace, seul l’échelon communautaire semble être opportun pour appliquer ce genre de taxation.

La Chine est le pays où l’ont dépose le plus de brevets

Source : Les Echos

L’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle a publié son rapport annuel sur les dépôts de brevets lundi dernier. La Chine est largement en tête de ce dernier avec 1 327 milliers de brevets déposés en 2017, ce qui représente environ 42% du nombre total des dépôts sur cette année. Les Etats-Unis et le Japon complètent le podium avec respectivement 607 milliers, 318 milliers de brevets, suivi de la Corée du Sud et de l’Union Européenne avec 205 milliers et seulement 167 milliers de brevets déposés. Au final, ces cinq territoires concentrent 85% du nombre total des dépôts de brevets en 2017. Concernant la variation de ce nombre de dépôts par rapport à l’année précédente, la Chine se montre encore bien plus compétitive que ces concurrents avec une hausse de 14,2% contre seulement 0,2% et 5% pour les Etats-Unis et l’Union Européenne.

Notre analyse : Après avoir dépassé les Etats-Unis et pris la première place en termes de publications scientifiques en 2018, la Chine dépasse largement ses concurrents concernant les dépôts de brevets. Ce phénomène est bien entendu lié à sa politique de soutien de l’innovation au niveau financier, avec notamment le plan de 14 milliards de dollars pour le développement de l’IA, ou au niveau juridique pour attirer les meilleurs instituts de recherche au monde. L’Europe se place clairement à la traîne derrière la Corée du Sud et ne représente que 5% du total mondial des dépôts de brevets. Il faut toutefois noter que cet indicateur est imparfait puisqu’il ne dit rien sur l’impact ou la valeur des dépôts de brevets effectués.

La stratégie d’Amazon concernant les produits connectés 

Source : Le Monde

Contrairement à ses concurrents qui font du chiffre d’affaires en vendant des produits physiques, et deviennent donc à terme dépend de ces ventes, Amazon applique une toute autre stratégie. Elle connecte tous ses produits et ses services de sorte qu’un achat dans un secteur, amène à générer des bénéfices dans un autre. Par exemple, les enceintes Echo de la firme constitue une porte d’entrée pour les clients vers les services payants d’Amazon, comme Amazon Prime Video ou Amazon Music. De plus, l’enceinte propose également un accès à une plateforme pour le développement des services des entreprises en passant par le cloud d’Amazon, connu sous la marque AWS. La firme créée donc un cercle vertueux qui amène les consommateurs à s’orienter vers les services d’Amazon.

Notre analyse : Cette stratégie est également utilisée par les autres géants du numérique qui redirigent leurs produits vers leurs services payants en priorité. Ce plan vise à mettre en place un effet multiplicateur au niveau des profits, les ventes d’un produit ou d’un service viennent alimenter les ventes d’autres services ou produits. Finalement, ce cercle vertueux permet une auto génération des profits. La stratégie d’Amazon ne diffère donc pas spécialement de celles de ses concurrents, au point près où la firme a été la première à se lancer dans l’enceinte connectée, qui est le produit qui redirige le mieux vers ses propres services, et a effectué 50% du total des installations de ces appareils en 2018.

Le bilan de Cimon, l’IA au service des astronautes à bord de l’ISS

Source : SciencePost

Cimon est une IA arrivée en juin dernier à bord de la Station Spatiale Internationale et qui avait comme mission d’aider et d’assister les astronautes dans leurs missions. La seconde préoccupation de cette expérience était de constater l’impact de sa présence et de ses conversations avec les astronautes de la station. Revenu fin octobre sur Terre, un bilan a pu être dressé récemment. Concernant sa première tâche, Cimon l’a effectué avec brio en fournissant par exemple des plans visuels pour installer certaines pièces. Concernant sa deuxième mission, les astronautes voyaient l’IA comme un collègue de travail à part entière, capable de détecter et d’exprimer des émotions et de reprocher aux astronautes de ne pas avoir laissé une musique assez longtemps.

Notre analyse : L’IA pénètre tous les secteurs d’activité, du marketing à l’immobilier, en passant par la médecine et le domaine spatial désormais. La réussite de cette expérience démontre à quel point cette technologie amène avec elle son lot de nouvelles possibilités d’application et d’économies temporelles et financières substantielles. Là où il aurait fallu instruire, former et entraîner un être humain durant plusieurs années, l’IA n’a eu besoin que de paramétrage et d’absorber des données pour être prête à une mission demandant des compétences très poussées. En plus de réaliser ce travail, Cimon a également accompagné socialement les astronautes, les rendant moralement et psychologiquement plus performants. Ces derniers espèrent d’ailleurs son retour dans les plus brefs délais.

Chargé de mission à l’Institut Sapiens depuis mai 2018. Actuellement en Master 2 Macroéconomie et politiques européennes à la faculté des sciences économiques et de gestion de Strasbourg, il s’intéresse notamment aux problématiques liées aux sources de la croissance et du développement économique.

Une pensée sur “Taxe GAFA, Chine et Amazon : Les infos qu’il ne fallait pas manquer la semaine du 3 décembre”

  1. Les chiffres des brevets français sont soigneusement cachés pour ne pas avoir honte ? (10 500 dépôts en 2017!)
    « de mon temps » c’était nous qui étions devant l’Allemagne et largement . . . explication : les ravages du socialisme et de son État tentaculaire.

Laisser un commentaire