Donner du sens au travail, ce n’est pas organiser des séminaires basés sur le bonheur….

Là où l’économie a besoin d’efficacité et où les individus voudraient être utiles, le management moderne ne cesse d’envoyer des injonctions contradictoires aux salariés qui minent leur motivation : « Innove, mais suis les process » ; « sois autonome, mais badge quand tu entres et sors » ; « sois heureux, mais comme on te dit de l’être » !

Julia de Funès et Nicolas Bouzou dénoncent les trois idéologies qui dominent le management contemporain : le contrôle, la peur et le bonheur, incompatibles avec la performance d’une entreprise moderne au cœur de la mutation économique du XXIe siècle, qui exige d’innover, de progresser et de simplifier.

Les salariés ont besoin de redonner du sens au travail, pas de babyfoot, de formation au leadership ou de séminaire de motivation ! Après avoir analysé les raisons et les conséquences des dérives du management moderne, les auteurs font plusieurs propositions concrètes pour changer les manières de travailler et libérer les talents des salariés !

Pour débattre de ce sujet central et primordial, nous avons eu le plaisir de recevoir Nicolas Bouzou (économiste et essayiste) et Julia de Funès (philosophe, diplômée en management RH), auteurs de « la comédie (in)humaine » le livre événement de cette rentrée, qui dénonce les dérives du management. La perte de sens relative à l’action d’un salarié, le manque d’écoute et de dialogue ainsi que le manque de confiance d’un manager envers ses collaborateurs sont des effets néfastes qui nuisent fortement à la bonne gestion de l’entreprise et qui font fuir les meilleurs profils.

Ce mauvais management est dû principalement au fait que les managers sont pour la plupart des techniciens promus et non des personnes formées à ses fonctions. Revaloriser cette fonction est donc un impératif qui doit s’accompagner d’une transformation des process au sein des entreprises : généralisation du télétravail, fin du temps de travail, approche par projet, développement du micro management.

 

Laisser un commentaire