Éris, déesse mythologique de la discorde, n’avait pas raté son coup quand elle a mis Héra, Athéna et Aphrodite devant une pomme attribuée «à la plus belle d’entre elles». C’est de ce fatal concours que découlèrent la guerre de Troie et les longues tribulations d’Ulysse. Il semblerait qu’Éris se soit de nouveau invitée au milieu de nous, et qu’elle ait modernisé ses ruses.

Prompts à critiquer les États-Unis dans à peu près tous leurs choix (économiques, politiques et culinaires), nous sommes étrangement séduits par la façon dont leur conflit racial s’y déroule et même tentés de les imiter. La France avait pourtant depuis longtemps fait le bon choix: celui de l’universalisme contre le communautarisme. C’est-à-dire celui de considérer que la meilleure façon de garantir l’égalité est de décréter des droits identiques pour tous et de veiller à leur application. C’est pour cette raison que nous n’avons jamais voulu de statistiques ethniques ou de discrimination positive. La race ne devait pas être une catégorie chez nous, contrairement à ce qui se passe outre-Atlantique où cette notion est omniprésente.

Pourtant, les pressions n’ont jamais été aussi fortes pour que nous abandonnions cette heureuse tradition et tombions dans communautarisme. Il ne s’agit certes en pratique que de quelques minorités actives, mais leurs relais dans les médias et les mécanismes de loupe des réseaux sociaux leur donnent une visibilité inquiétante. La rhétorique indigéniste qui s’est épanouie sur certains campus américains fait désormais florès en France. Peu à peu, nous pouvons voir son vocabulaire infiltrer les médias et imposer ses dangereux concepts comme des évidences. Ne nous y trompons pas: ils sont précisément faits de telle sorte que les adopter, c’est déjà renoncer à les discuter.

Il est urgent de réaffirmer notre posture universaliste. Ne faisons pas l’erreur que les États-Unis ont faite et dans laquelle ils ne cessent de s’enfoncer: définir les gens par ce qu’ils sont et non par ce qu’ils font. Ne mettons jamais le doigt dans l’engrenage fatal des comptabilités raciales où les États-Unis sont pris. Ne créons pas de citoyenneté à plusieurs vitesses. Ne rentrons pas dans le jeu sans fin des compétitions mémorielles, dans le décompte des souffrances des siècles passées et encore moins dans l’édifice absurde de ces supposées réparations. On ne réparera pas le crime odieux d’un policier avec d’humiliantes génuflexions. Essentialiser la culpabilité au lieu de l’attribuer à celui seul qui a mal agit, tel est précisément le mécanisme d’association sur lequel est bâti le racisme. On n’est pas plus «coupables» des méfaits de personnes blanches d’hier ou d’aujourd’hui par le seul fait d’être blanc qu’une personne noire n’est coupable parce qu’il y a aussi des délinquants noirs.

Voyez la solution qu’on nous propose: lutter contre la discrimination par de nouvelles discriminations, contre la violence par d’autres violences. Mais comment imagine-t-on que le remède aux fractures de la société serait d’institutionnaliser ces fractures? Comment peut-on penser qu’on luttera contre ceux qui hiérarchisent les groupes ethniques en créant de nouvelles hiérarchisations par le jeu de droits spéciaux? N’est-ce pas une inquiétante réinvention de cette hypocrite ségrégation américaine d’hier où les races étaient dites «égales» mais «séparées»? Au nom d’une prétendue lutte contre le racisme, on promeut l’obsession de la race. A peu près comme on éteint un feu en versant de l’essence…

Voyons l’impasse dans laquelle sont engagés les États-Unis, avec l’exemple étonnant de cette application de livraison de repas vous proposant une réduction spéciale si vous choisissez des restaurants «tenus par des noirs», ou cette application de musique en streaming qui suggère à l’auditeur de choisir des morceaux spécialement triés pour n’inclure que des artistes de couleur. Il existe un test tout simple pour déceler l’inanité de ces opérations spéciales: imaginer qu’elles soient faites avec des blancs! Une discrimination qui est inacceptable pour une couleur de peau l’est pour toutes les couleurs de peau. L’égalité ne peut pas passer par un privilège, elle passe par un égal traitement de chacun et un même accès aux droits humains.

Nous devons retrouver le sens de la concorde. On ne rassemble pas la société en la séparant en pseudo «communautés». On ne crée pas la fraternité en postulant des différences ontologiques entre les individus. On ne crée par la paix sociale en concevant la société comme une construction perverse dans laquelle il faudrait avoir le choix entre humilier ou être humilié, entre être un salaud ou un esclave.

De toutes nos forces Nous devons refuser l’approche agonistique de la société que l’on voudrait nous imposer. Nous devons refuser les quotas, les rhétoriques victimaires et culpabilisantes qui voudraient dresser les citoyens les uns contre les autres. Pour la désignation de nos responsables, la sélection de nos étudiants, la distinction de nos lauréats, nous devons dire non à l’introduction de tout critère qui ne soit pas uniquement lié à la compétence, au résultat. Fuyons cette idée incroyablement délétère selon laquelle votre sexe, votre ethnie ou vos préférences sexuelles détermineraient votre place dans un débat et votre droit à expression. Continuons à lutter, plus que jamais, contre toute forme de discrimination, de prévention, de préjudice. Il est temps de retrouver l’esprit de concorde.


Publié dans le Figaro

Laisser un commentaire