retour

L’innovation en santé, carte maîtresse de la France qui gagne

Publié le 20 janvier, 2021
Rédigé par Vincent Diebolt & Franck Mouthon

La résilience, capacité individuelle à dépasser les traumatismes, est aussi la force vitale des sociétés et des organisations. Plutôt que de succomber au découragement et à l’abattement devant la fatalité, face à l’ampleur et à la gravité de la pandémie, tous les espoirs se sont portés, sur l’innovation, seul moyen de mettre un terme à ce cauchemar éveillé.

Cet espoir n’a pas été déçu. Il s’est concrétisé par l’annonce, dix mois seulement après le démarrage de la pandémie, des premiers résultats très prometteurs de trois candidats-vaccins. Candidats-vaccins qui dans deux cas sont issus des « pipelines » de biotechs, Moderna et BioNTechs. Ce n’est pas un hasard.

La pandémie constitue une démonstration « grandeur nature » de l’efficacité du nouveau modèle standard de développement de l’innovation en santé. Il repose sur deux piliers :

  • Le processus de découverte, de conception et les étapes initiales de développement sont aujourd’hui le fait de petites sociétés, souvent constituées par l’attelage d’un scientifique expert dans son domaine et d’un manager. Partant d’une idée, d’une intuition, directement issues de la paillasse ou de l’observation médicale, la société se positionne sur les phases d’amont, de démonstration et de preuves de concept, les plus complexes et aussi les plus risquées, souvent fondées sur des technologies de rupture,
  • Deuxième leçon à tirer, ces biotechs, faute d’assise financière suffisante et de structure d’appui et d’expertise complémentaires, ne peuvent aller seules au bout de leur démarche de développement. Si Moderna n’avait pas bénéficié de soutien financier (1 milliard de dollars …) du Barda (Biomedical Advanced Research and Development Authority) américain, et BioNTechs de celui de Pfizer, N°1 mondial des laboratoires pharmaceutiques, leurs noms seraient encore inconnus du grand public …

Et en France alors ?

Chez nous aussi la pandémie a constitué un électrochoc qui a conduit à de salutaires prises de conscience. Les choses bougent. En l’espace de quelques semaines les annonces se sont multipliées :

  • Celle de la création à l’échelon européen d’une nouvelle autorité, baptisée « Health Emergency Response Authority » (Hera), l’équivalent d’un « Barda » européen, c’est-à-dire une agence de sécurité sanitaire, assurant une double mission de sauvegarde, par l’aide aux capacités de production, la constitution de stocks de produits de santé essentielset, aussi de manière plus active, par le soutien financier en R & D afin d’orienter et accélérer la recherche privée pour faire face aux nouvelles menaces et crises sanitaires,
  • L’ouverture en septembre dernier d’un guichet « Innovation & Orientation» par l’ANSM afin d’accompagner tout porteur d’innovation en santé au plan réglementaire, scientifique, via des formulaires simplifiés et des rencontres de pré-soumission. Au-delà de son rôle d’autorité d’autorisation et de régulation dans lequel elle est connue et souvent cantonnée, l’ANSM investit sa fonction de soutien au développement de l’innovation tout en assurant la sécurité des patients
  • Le lancement du plan de relance doté de 100 milliards d’euros, l’industrie de la santé étant clairement affichée comme filière stratégique, conforté par le plan européen « Next generation EU » doté de 750 milliards d’euros
  • L’annonce par le Président de la République de la création de « PariSanté Campus », futur campus de santé numérique sur le site du Val-de-Grâce

Ces annonces constituent autant de bonnes nouvelles pour les 1700 healthtechs françaises, dont 700 biotechs, la France détenant le leadership européen en termes de nombre d’entreprises émergentes dans le domaine de la santé. Selon le Panorama France HealthTech 2019 présenté par France Biotech « plus de 1000 produits, dont 1/3 sont en phase clinique, sont aujourd’hui développés par les sociétés françaises ». Ces sociétés détiennent donc une grande part de l’avenir de notre santé avec les répercussions bénéfiques pour la chaîne de valeur nationale en termes d’emplois, de rentrées fiscales, d’exportations.

Elles bénéficient d’un écosystème qui n’est pas sans atout avec notamment une recherche d’amont et une investigation clinique de haut niveau, une main d’œuvre qualifiée, des facteurs fiscaux incitatifs en particulier avec le crédit impôt recherche…

Pour autant ces actions éparses ne constituent pas le plan d’ensemble dont le secteur des jeunes entreprises en santé a besoin pour être en capacité de concrétiser toutes ses promesses.

Mieux connaître nos défis pour les relever : Consolider les assises financières et les choix stratégiques des entreprises émergentes en santé

  1. Le 1er levier est d’ordre financier.

Comme l’a relevé le rapport remis en 2019 au ministre de l’Economie et des Finances de Philippe Tibi « Financer la IVè révolution industrielle – Lever le verrou du financement des entreprises technologiques » la forte dynamique des start-ups en France est pénalisée par leurs difficultés à se financer aux phases plus avancées de leur développement pour des levées supérieures à 30-40 millions d’euros du fait du manque d’investisseurs spécialisés sur ces segments en France. Cette sous-exposition au secteur technologique de l’innovation en santé place les entreprises émergentes en situation de fragilité alors que les dernières étapes de développement sont les plus coûteuses. A elle seule, l’étape d’évaluation clinique représente deux tiers du coût total de R&D d’un médicament.

Certes l’État, de manière ponctuelle, au travers de la BPI, apporte des soutiens à quelques entreprises émergentes. Mais il doit aller plus loin et impulser une dynamique globale. C’est ce qu’ont préconisé récemment les Présidents des six pôles de compétitivité en santé français (Atlanpole Biotherapies, Clubster NSL, Eurobiomed, Biovalley France, Lyonbiopôle et Medicen Paris Region). Ils proposent de renforcer la puissance de financement des fonds « santé » existants tout en faisant émerger de nouveaux fonds spécialisés dans le secteur santé avec un apport public allant jusqu’à 49% des fonds par France Relance, créant ainsi un effet levier pour des investissements privés et des collectivités. Cette profondeur renforcée des capacités d’investissement devra aller de pair avec une diversité de positionnement et de portefeuille afin de couvrir l’ensemble des secteurs d’innovation en santé.

  1. Le deuxième levier vise à réduire l’incertitude dans laquelle se trouve une jeune entreprise sur son marché et ses futurs débouchés commerciaux.

Quel est en effet la capacité d’intégration de l’innovation par notre pays qui caracole aujourd’hui dans le peloton de tête des pays les plus engagés, avec près de 12% du PIB consacrés aux dépenses courantes de santé ?

C’est une contrainte qui questionne notre capacité à faire des choix et à anticiper l’innovation et son intégration dans le parcours de soins.

Certaines innovations sont potentiellement sources d’économies pour notre système de santé, d’autres généreront des dépenses supplémentaires. Faut-il pour autant y renoncer, ne pas assurer leur remboursement et en priver le plus grand nombre d’entre nous ?

Non bien entendu mais cela suppose de repenser les liens entre l’entreprenariat innovant et notre système de santé :

  • D’abord en optimisant l’ordre « darwinien » de sélection naturelle des jeunes entreprises. Si l’on peut se réjouir de la dynamique de création d’entreprises en santé dans notre pays, on peut s’inquiéter de l’abaissement de la maturité des actifs augmentant le risque d’échec et de ce morcellement de valeur, aux vues des capacités limitées du marché du capital risque et de l’environnement international d’hyper compétition. Il est à craindre que ce bouillonnement créatif ne soit, au final, contre-productif dans un domaine aussi exigeant que celui de la santé. Ce qui doit inciter tous ceux qui participent à la création d’entreprises, des offices de transfert de technologie aux incubateurs et hôtels d’entreprises à plus se concerter et à mieux coopérer en rompant avec la culture du chiffre (celui du nombre de créations d’entreprises) et en privilégiant la recherche de complémentarité, laissant aux jeunes pousses le temps de se constituer un portefeuille plus robuste en matière de propriété industrielle et une stratégie de développement claire et structurée. Il y a là un enjeu d’organisation et de gouvernance qui peut se résoudre par l’identification d’un guichet national, rassemblant régulateur, évaluateur et payeur et pouvant conseiller et accompagner les jeunes sociétés dans leur démarche de développement. Il ne s’agit pas forcément de créer une organisation ou une agence supplémentaire mais de créer un effet de catalyseur, une autorité par l’association de toutes les parties prenantes qui aujourd’hui, dans la sphère publique, travaillent séparément et interviennent souvent trop tard dans la vie d’une entreprise.
  • Ensuite en favorisant et facilitant les passerelles professionnelles entre les sociétés matures et déjà bien établies dans le secteur de la santé, les universités, et les start-up. Cette proximité et cette facilité d’échange de compétences, le soutien à des parcours professionnels non linéaires et conventionnels fait la force de l’écosystème de Boston considéré comme le hub mondial des biotechnologies. Pouvoir bénéficier de l’avis d’experts reconnus qui peuvent valider une orientation, une décision de développement, évaluer les probabilités de succès, conforte les phases de développement et rassure les investisseurs.
  • Enfin en positionnant résolument la France dans les domaines les plus innovants, ceux de la médecine de demain, réunifiant le monde de l’entrepreneuriat innovant en santé et notre système de santé, vecteur puissant de notre indépendance sanitaire. Cette incitation à la création de valeur, propre à renforcer l’attractivité et la compétitivité de notre pays, se décline de quatre façons :
  • En profitant de l’écosystème favorable de la data en santé, et en exploitant toutes les potentialités d’aide à la décision et d’expression des besoins, grâce notamment à l’éclairage prospectif apporté sur l’impact de l’introduction d’une innovation dans le parcours de soins. C’est de l’hybridation des deux champs technologiques que sont le digital et la recherche biomédicale que naîtra le système de santé de demain en permettant de mieux qualifier et anticiper ses besoins, de donner plus de visibilité sur les « trous dans la raquette » des parcours de soins et en facilitant la modélisation permettant au régulateur, à l’évaluateur et au payeur du système de soins de mieux anticiper l’intégration des innovations.
  • En fédérant tous ceux qui participent à la création de valeur en santé autour d’une vision prospective des besoins de notre système de soins : les patients, les professionnels de santé, la recherche amont, la recherche clinique, le monde de l’entreprise, de la santé publique, les pouvoirs publics, les payeurs (assurances maladies et mutuelles) ;
  • En garantissant aux investisseurs une visibilité pluriannuelle qui dépasse le seul cadre de l’Ondam avec de la continuité dans les actions ;
  • En fertilisant des domaines scientifiques, des spécialités médicales peu investies, où l’innovation fait du surplace. La cancérologie, avec trois plans « cancer » successifs, est la voie royale privilégiée par les créateurs d’entreprises avec du coup, revers de la médaille, une part de risque plus élevé compte tenu de l’intensité de la compétition.

Pourquoi ne pas reproduire ce modèle fécond dans d’autres disciplines, la psychiatrie, l’infectiologie, l’antibiorésistance, la prévention, par exemple ? La condition étant toutefois que ce soutien à l’innovation soit assorti, en bout de chaîne de développement, de modèles d’affaires suffisamment solides, c’est-à-dire avec des perspectives d’accès au marché de prises en charge par la collectivité.

Fidélisons l’implantation des activités de nos entreprises innovantes en France pour qu’elles créent de la valeur économique sur le territoire en les accompagnant de façon offensive sur leur marché domestique tout en les déployant efficacement à l’export sur les grands marchés mondiaux. L’objectif étant de transformer la France non seulement en « start-up nation » mais aussi en « terre » d’innovations en santé.

Publié dans: Tribunes

auteur de la publication

Vincent Diebolt

Vincent Diebolt

Directeur de F-CRIN, une infrastructure en recherche clinique mise en place dans le cadre du « Programme d’investissements d’avenir/PIA » (F-CRIN est une plateforme de réseaux nationaux thématisés d’investigation et...

voir sa fiche

publications du même auteur

auteur de la publication

Franck Mouthon

Franck Mouthon

Président de France Biotech, association indépendante qui fédère les entrepreneurs de l’innovation en santé (biotech, medtech, e-santé, etc.) et leurs partenaires experts, pour renforcer l’attractivité et la compétitivité de la...

voir sa fiche

Membre du réseau Sapiens