Dans un monde où tout est instantané, l’Institut Sapiens vous propose de prendre 5 minutes chaque lundi pour (re)découvrir les principales informations économiques et technologiques de la semaine écoulée, commentées par nos experts.

 

Les investissements chinois dans l’IA dépasseront ceux des Etats-Unis avant 2019

Source : Journal du Geek

Le sous-comité américain pour la surveillance et les réformes gouvernementales a publié un rapport cette semaine concernant la perte de vitesse dans la course à l’IA des Etats-Unis contre la Chine. Les investissements chinois dans ce secteur devraient dépasser ceux des Etats-Unis fin 2018. Le rapport mentionne qu’aujourd’hui, seuls les investissements privés permettent à l’Oncle Sam de rester leader dans ce domaine. Plusieurs recommandations ont été soumises au Président Trump. Tout d’abord, une hausse du budget concernant la R&D dans le domaine de l’IA est primordiale. Même si ce rapport valide l’investissement de 2 milliards de dollars de la Darpa il y a quelques semaines, ce dernier est jugé comme insuffisant. Ensuite, la loi « OPEN Government Data Act » doit être validée et mise en place dès que possible. Cette dernière prévoit notamment de rendre certains ensembles de données du gouvernement accessibles au public, et notamment aux entreprises développant l’IA.

Notre analyse : Malgré les mises en garde du sous-comité, la Chine devrait bien passer leader dans le secteur de l’IA pour plusieurs raisons. D’une part, les investissements publics dans ce domaine s’avèrent plus conséquents, en comparaison des 2 milliards de dollars investis par la Darpa, le gouvernement chinois a un programme d’investissement à hauteur de 14 milliards de dollars. Ensuite, à un niveau juridique, la Chine semble également favoriser le développement de l’IA de manière plus efficace que les Etats-Unis. Lors de la conférence mondiale sur l’IA qui s’est déroulée à Shangaï, le Chef du gouvernement chinois a évoqué l’idée de partager les avancées nationales concernant cette technologie avec ses partenaires. Du fait de ce climat favorable à l’innovation, les géants de l’IA ont annoncé l’ouverture de centres de recherche à Shangaï et les universités les plus réputées sur le sujet ont conclu une alliance mondiale pour la recherche et le développement de l’IA, toujours à Shangaï.
L’autre information majeure de ce rapport concerne les dépenses publiques en R&D. Historiquement, les Etats-Unis détiennent le plus grand budget public pour la recherche, ce qui leurs permettent d’être compétitifs et à la pointe de la technologie. Ce paradigme est sur le point de s’inverser et la Chine devrait devenir dès l’année prochaine le pays allouant le plus de ressources financières publiques à la R&D, ce qui donnerait lieu à un cercle vertueux : l’environnement favorable à l’innovation que créé la Chine attirera les investissements privés, favorisant à leurs tours l’innovation sur le territoire chinois. Ce processus semble d’ailleurs déjà être en route comme nous le montre les récentes implantations de centres de recherche d’entreprises étrangères en matière d’IA en Chine.

 

La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine s’intensifie

Source : Le Monde

Après avoir mis en place lundi dernier de nouveaux tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars de produits chinois, les Etats-Unis ont annoncé des sanctions à l’encontre de la Chine pour les achats d’armements Russes. Plus précisément, le département de développement des équipements chinois (EED), la branche militaire chargée des acquisitions d’armements, et son directeur, Li Shangfu sont visés par ces sanctions. Ils ne pourront désormais plus obtenir de licences d’exportations aux Etats-Unis, ni s’intégrer au système financier américain. En réponse à ces mesures, le gouvernement chinois a annoncé de son côté de nouvelles taxes sur 60 milliards de dollars d’importations en provenance des Etats-Unis. L’empire du Milieu a finalement cessé toutes négociations avec les Etats-Unis après la vente d’équipements militaires de ces derniers à Taiwan.

Notre analyse : La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine s’étale en longueur. Le président Trump, avec ces nouvelles mesures, espère faire plier un gouvernement chinois qui semble camper sur ses positions. La Chine, grâce à son marché intérieur et à ses barrières à l’entrée et à la sortie, parait être en meilleure position que les Etats-Unis. D’ailleurs, les signes d’essoufflement américains se multiplient comme en témoigne le rapport du sous-comité américain pour la surveillance et les réformes gouvernementales sur le leadership dans le secteur de l’IA paru cette semaine. Dans le même temps, les signes positifs émanant de la Chine sont légions, comme par exemple la conférence mondiale sur l’IA ou le dépassement des Etats-Unis en matière de dépenses publiques en R&D. Cette nouvelle sanction américaine concernant l’armement chinois peut donc être vu comme un signe faiblesse.

 

Des attelles trachéales imprimées en 3D pour un bébé de 7 mois

Source : 3Dnatives

Une équipe de médecins a réalisé une opération à risque en plaçant avec succès des attelles trachéales imprimées en 3D chez un bébé de 7 mois. Le bébé souffrait d’une cardiopathie congénitale et d’une trachéo-bronchomalacie, celles-ci entraînent une importante obstruction des voies respiratoires. Après avoir reçu des soins lors des premiers mois de sa vie, les chirurgiens ont constaté que son état ne s’améliorerait pas avec les méthodes traditionnelles. De ce fait, l’équipe a demandé en urgence une autorisation pour pratiquer cette opération. Le processus de fabrication est réalisé dans l’optique d’obtenir un ajustement parfait de l’attelle, notamment grâce à une tomodensitométrie préalable du patient et la confection de plusieurs modèles de différentes tailles. Finalement, l’opération s’est bien déroulée et le bébé présente un bon état de santé. Le matériau de l’attelle devrait être absorbé par le corps dans quelques années et provoqué une extension de la tranchée et des bronches.

Notre analyse : Le marché de l’imprimante 3D est en pleine expansion comme nous le montre l’étude annuelle de Sculpteo : le budget alloué à cette technologie a été multiplié par trois depuis 2015, et le prototypage s’est réduit à 34% en 2017 (50% en 2016). Suite à la construction d’un logement social à Nantes, l’utilité de l’imprimante 3D est mise en évidence dans tous les secteurs d’activité, du BTP au médical. Cette prouesse qui a permis de sauver la vie d’un bébé devrait aider à démocratiser cette technologie qui n’en finit plus de montrer ses points forts : rapidité, liberté des formes, peu de déchets, une manutention moins éprouvante qui réduit la pénibilité au travail.

 

Microsoft investit 40 millions de dollars pour introduire l’IA dans le secteur humanitaire

Source : L’Usine Digitale

Microsoft a annoncé lors de sa conférence à Orlando lundi dernier qu’il allait créer un programme, nommé « AI for Humanitarian Action », doté de 40 millions de dollars et qui aurait pour but d’utiliser l’IA pour aider les organisations humanitaires dans leurs missions. Quatre champs d’actions ont été retenus où cette technologie pourrait s’avérer utile. Tout d’abord, l’IA assistera les organismes humanitaires dans l’anticipation et la détection de catastrophes naturelles. Ensuite, grâce aux chatbots et à la traduction automatique, la prise en charge des réfugiés sera simplifiée. Enfin, les missions concernant le respect des droits de l’Homme, ainsi que la sécurité et le bien-être des enfants seront également assistées par des IA. Ce programme s’inscrit dans une initiative plus large annoncé l’été dernier, « AI for Good », avec un budget total de 115 millions de dollars.

Notre analyse : Les champs d’application de l’IA sont de plus en plus nombreux et cette dernière est en train de s’immiscer dans l’ensemble des secteurs d’activité. Et ce, même dans des domaines non-rentables comme l’humanitaire. Toutefois, les économies en la matière peuvent s’avérer substantielles : l’Union Européenne a alloué 7,6 milliards d’euros aux Etats membres pour gérer la crise des migrants. L’utilisation de l’IA aurait permis de réduire les dépenses liées aux ressources humaines (traduction, questions administratives … etc) grâce à la mise en place de chatbots. Autre exemple, l’anticipation du tsunami qui a touché le Japon en 2011 aurait permis de sauver des vies (18 000 victimes) et de prévenir les pertes économiques, qui ont atteint 210 milliards de dollars.
La motivation de Microsoft à réaliser ce genre d’investissement réside dans l’amélioration de son image et dans l’acceptation de l’IA par la société. Ceci pose néanmoins la question de la substitution des géants du numérique à l’Etat providence. En effet, ce type d’application relève historiquement de l’investissement public et donc des Etats, qui n’ont pas d’objectif de rentabilité.

 

La Cnil dresse un premier bilan positif des effets du RGPD

Source : ZDNet

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a publié un bilan de l’influence du RGPD, quatre mois après sa mise en place. En France, 24 500 organismes ont un délégué de la protection des données contre 5 000 correspondants informatique et libertés avant sa mise en place. De plus, 600 notifications de violations de données ont été reçues concernant 15 millions de personnes. Pour finir, le site de la Cnil a dépassé les 3 millions de visites. Cette dernière en profite également pour évoquer les initiatives à venir comme l’élaboration d’un « règlement-type » biométrie ou l’adoption prochaine de trois « référentiels » relatives à la gestion clients et prospects, les ressources humaines et les vigilances sanitaires. Ces prochaines mesures visent à actualiser la doctrine de la CNIL concernant les nouvelles exigences du RGPD.

Notre analyse : Les effets de la mise en place du RGPD ne se sont pas fait attendre. Comme convenu, les entreprises se sont rapidement mises aux normes. Ce premier bilan témoigne plus particulièrement de la prise de conscience des particuliers et des professionnels concernant la protection de leurs données, comme nous le montre la hausse de 64% des plaintes, ou l’augmentation des appels (+ 45% sur les 7 premiers mois de 2018) et des consultations des FAQ en ligne (+83%). Toutefois, ce premier bilan est assez léger et ne délivre aucune enquête concernant les avis des entreprises ou des particuliers sur les changements que le RGPD a provoqué.

Chargé de mission à l’Institut Sapiens depuis mai 2018. Actuellement en Master 2 Macroéconomie et politiques européennes à la faculté des sciences économiques et de gestion de Strasbourg, il s’intéresse notamment aux problématiques liées aux sources de la croissance et du développement économique.

Laisser un commentaire