L’industrie telle qu’elle a existé n’est plus. La gravure Chaplinienne de l’usine à la cheminée fumante, aux ouvriers couverts de suies et à la sirène stridente retentissante est terminée. Le temps industriel n’est plus à ce modèle productif dépassé où l’on fabriquait en masse des biens manufacturés de manière continue à la chaîne. Le modèle industriel a changé, il s’est tourné vers l’industrie de pointe, de précision, où le produit est personnalisé et réalisé quasiment à la demande du client dans une chaîne de fabrication automatisée où les robots – et bientôt les imprimantes 3D – remplacent les ouvriers non qualifiés.
Or la France n’a pas su saisir ce virage économique primordial. Le recul de la puissance de notre industrie est flagrant : on produit autant de biens manufacturés qu’en 1996, mais notre consommation de ces biens a augmenté de 60 %sur la période. Pour se satisfaire, notre demande domestique doit se tourner vers des marchés étrangers, dégradant ainsi notre balance commerciale qui est déficitaire de 62,3 milliards €.
Même si l’on tempère cette baisse par la restructuration des métiers et un phénomène d’externalisation et de sous-traitance de certaines fonctions de l’entreprise comme l’informatique qui pourrait expliquer un tiers de cette chute, le constat est tout de même plus qu’alarmant.

Cette chute de notre industrie est à analyser avec la diminution des effectifs dans l’enseignement technologique.

Au tournant des années 2000, les gouvernements successifs ont eu cette drôle d’idée : fixer des objectifs quantitatifs d’obtention de diplômes, au détriment de la qualité ou du niveau de la formation. Ces objectifs éducatifs ont nuit lourdement aux filières technologiques qui ont vu leurs effectifs fondre, car trop souvent assimilées à l’échec scolaire. Le choix d’orientation vers un parcours professionnel étant réalisé à la fin d’un cycle, une croyance populaire tenace affirme qu’un tri est organisé à la fin de la 3ème entre les bons et les mauvais élèves, envoyant les premiers au lycée dans l’enseignement général, et ventilant les seconds dans des filières professionnelles et technologiques. Un jugement qui tient à une vision monodimensionnelle des compétences basées sur l’intelligence logique,négligeant le comportement, la création, la réalisation, et autres soft skills, qui sont des caractéristiques prégnantes de l’enseignement professionnel et de l’artisanat. Le corollaire est tout aussi pervers, les filières d’excellences des grandes écoles et des meilleurs masters universitaires sont réservées aux élèves ayant les meilleurs résultats en sciences et en mathématiques, matières filles de la logique, occultant alors tous les autres résultats scolaires comme composantes du parcours d’orientation d’un élève et potentielle porte d’entrée vers l’excellence.

Pour remédier à cette situation il faut encourager un choc culturel important, en récréant des vocations manuelles et artisanales chez un public de jeunes adultes et ce dès le collège, en faveur de filières qui subissent depuis des années une dévalorisation. Lorsqu’un élève est en échec scolaire en fin de 3ème, il est automatiquement orienté en BEP, CAP ou en baccalauréat professionnel. Mais dans ce cas où se place la vocation ?Quelle image renvoyons-nous en associant l’artisanat à un échec scolaire ?Il en est de même pour un excellent élève souhaitant s’orienter dans le professionnel, et qui sera alors plutôt aiguillé vers l’enseignement général,l’incitant à suivre cette « voie royale » plutôt que de suivre ses propres aspirations. L’enseignement professionnel devient la voie de l’échec,alors que cela pourrait être en réalité une des voies d’excellence.

Les effectifs dans le professionnel et le technologique ont diminué de 17,9 % depuis 1980 et pourtant la majorité des 300 000 emplois non pourvus en France concernent ces métiers ! En dévalorisant l’apprentissage et l’enseignement professionnel, non seulement nous bridons nos élèves, mais de plus nous accentuons notre taux de chômage et surchargeons nos universités, déjà en sureffectifs. Pire encore, lorsqu’un jeune fait le choix d’opter pour un contrat d’apprentissage, dans 22,7 % des cas il sera rompu de manière prématurée.

Dans notre nouvelle étude, nous proposons de transformer en profondeur l’enseignement technologique, en se saisissant de deux leviers qui sont l’innovation et la création de vocation, pour pouvoir se préparer au mieux au renouveau industriel qui nous tend les bras. 

>> Télécharger notre étude <<


Erwann Tison est le directeur des études de l’Institut Sapiens. Macro-économiste de formation et diplômé de la faculté des sciences économiques et de gestion de Strasbourg, il intervient régulièrement dans les médias pour commenter les actualités liées au marché du travail et aux questions de formation. Il dirige les études de l’Institut Sapiens depuis décembre 2017.

Une pensée sur “Le renouveau industriel passera par un enseignement technologique d’excellence”

  1. Le mot d’ordre des derniers gouvernements depuis les années 80′ c’est : l’emploi, l’emploi, l’emploi, et ceci n’importe où, n’importe qui, n’importe comment ! à croire qu’il fallait fabriquer avec sa b… et son c…… à tout prix. Pendant ce temps là nos concurrents européens et américains rejoints par la chine se sont équipés de robots de plus en plus performants à tout va et nos hommes politiques sont restés les bras ballants en regardant passer le train du progrès fantastique des technologies en particulier dans les domaines de la manufacture.

Répondre à zelectron Annuler la réponse.