Le diplôme fascine. En France, plus qu’ailleurs, il est longtemps resté un indispensable sésame, signe de statut social. Dans l’imaginaire collectif de notre société de classe, il a remplacé le droit de la naissance. Si le système du diplôme a toujours présenté d’importantes limites, la révolution numérique en précipite l’obsolescence. On pourrait le qualifier, pour paraphraser Keynes, de relique barbare.

Le diplôme souffre d’abord de l’ambiguïté de ce qu’il recouvre réellement. Il est souvent difficile de déceler, derrière des intitulés de cours ou d’unités de valeur, la réalité des savoirs dispensés et acquis (deux choses bien distinctes d’ailleurs).

Il agirait ensuite, selon la théorie économique du capital humain, comme garant de productivité. Mais on sait que bien des éléments indispensables à la productivité en entreprise n’y figurent pas : les soft skills, la capacité à travailler en équipe, l’empathie, le talent managérial… Le diplôme, surtout s’il est universitaire, met souvent l’accent sur des savoir-faire scolaires qui sont utiles pour celui qui veut mener une carrière académique, mais qui n’ont que peu à voir avec les qualités requises en entreprises. Il s’agit plutôt, comme l’a notamment argumenté Bryan Caplan, d’un simple signal censé indiquer les compétences d’un étudiant. Mais il devient rapidement recherché pour lui-même, alors que la connaissance n’est paradoxalement pas réellement valorisée — l’accès aux cours est ouvert et gratuit pour tous, et pourtant les étudiants choisissent de payer. Le surendettement massif des étudiants américains s’explique ainsi non par un besoin réel d’acquisition de connaissances, mais par une sorte d’enfermement absurde dans l’obligation sociale d’acquérir un titre universitaire sans rapport avec l’utilité effective des savoirs acquis. La France connaît une autre sorte de dérive. Le maquillage de la dégradation rapide du niveau réel baccalauréat afin d’y inclure la grande majorité d’une classe d’âge s’explique par notre attachement au diplôme comme rite initiatique de cooptation sociale. Aveuglés par notre objectif, au demeurant fort louable, de démocratisation, nos dirigeants politiques croient acheter la paix sociale en distribuant les précieux passeports. Une confusion qui alimente l’amertume de ceux qui s’aperçoivent ensuite qu’ils ont été payés en monnaie de singe et entretenus par faiblesse dans l’illusion d’un débouché sur la seule foi d’un titre. Nous sommes si habitués à y voir une preuve de savoir, que nous en sommes venus à penser que décerner des titres valait compétence.

Ces effets pervers et limites du diplôme ne sont rien à côté du problème rédhibitoire qu’il rencontre désormais : il correspond dans son principe à une formation uniformisée et statique, vestige sans doute d’un moment où les métiers étaient stéréotypés, en nombre limité et valorisaient implicitement le conformisme dans un monde économique qui évoluait peu. A présent, il est difficile de savoir de quelles compétences auront besoin les étudiants une fois lancés dans un marché du travail en constantes mutations. Apprendre à se former toute sa vie, à faire preuve de créativité et d’autonomie dans le traitement des savoirs deviennent autant de compétences clés. Il reviendrait aux entreprises de cesser de rechercher des signaux inutiles voire contre-productifs pour s’intéresser aux vrais critères d’efficacité en entreprise. Les universités et écoles supérieures quant à elles devraient abolir la distinction obsolète entre formations initiale et continue. Elles devraient mettre en place des parcours de formation extrêmement flexibles et à la carte, devenant moins des lieux d’enseignement ponctuel que des coachs d’acquisition de compétences constamment remises en cause.


Publié dans Les Echos

Président fondateur de l’Institut Sapiens. Professeur à l’Université de Bordeaux, chroniqueur et essayiste, il a cofondé en décembre 2017 la 1ère Think Tech française.

Laisser un commentaire