La période de confinement semble avoir été propice à l’accélération de la digitalisation de notre société (télétravail, téléconsultation, e-commerce, etc.). Dans quels domaines s’observe-t-elle le plus ? Quelles sont les opportunités qui se sont dégagées pour le marché du digital ?

Il n’existe pas de “marché du digital”, pas plus qu’il n’existe de “secteur numérique” ou de “startup nation”. Le numérique est une vague technologique qui s’impose à nous et transforme nos modes de production, de consommation, nos hiérarchies sociales et nos organisations politiques. Le confinement a été l’occasion d’un “Grand Bond en Avant numérique”, car la distanciation sociale n’était en réalité qu’une distanciation physique : les activités humaines interrompues par la pandémie ont parfois pu se poursuivre à travers des usages numériques.

C’est ainsi que l’on a vu une multiplication par dix du nombre de télétravailleurs, un doublement du e-commerce ou encore … une augmentation de 56% des contenus haineux en ligne. Le meilleur a côtoyé le pire, mais on peut d’ores et déjà voir trois domaines où une meilleure adoption des usages numériques serait bénéfique.

La santé tout d’abord ! L’hôpital public et la recherche médicale souffrent d’un sous-investissement chronique. Des innovations digitales, comme l’informatique quantique ou l’intelligence artificielle, permettraient pourtant de modéliser plus rapidement les molécules ou d’assurer un meilleur suivi des patients. Il a fallu le COVID 19 pour que les mondes du digital et de la biotech, les univers de la santé publique et des startups de la e-santé renforcent leurs coopérations.

La cybersécurité fera également partie des investissements que les entreprises et les services publics ne pourront plus faire semblant d’ignorer. Il y a eu quatre fois plus de cyberattaques pendant la période du confinement ! Et dans un monde où le télétravail s’est généralisé, les salariés seront beaucoup plus exposés.

Enfin, je crois que nous tenons une opportunité sans précédent de dynamiser nos petits commerces de centre-ville face aux rouleaux compresseurs américains. Pendant le confinement, certains ont pris le taureau par les cornes et se sont digitalisés en un temps record avec les moyens du bord : un site internet “maison”, la constitution d’un fichier client, des services de paiement digitaux et hop la commande en ligne et la livraison ont vu le jour ! L’exemple le plus emblématique est Rungis, symbole français par excellence, qui s’est mis à vendre en ligne pour la première fois de sa vénérable histoire.

 

A votre avis, cette accélération sera-t-elle un épisode conjoncturel ou va-t-elle devenir une tendance de long terme ?

Le coronavirus et ses conséquences doivent être vécus comme une ultime répétition générale. La génération qui vient vivra de nombreux autres moments violents de rupture soudaine des activités humaines. Quels que soient les résultats que l’Humanité atteindra dans sa lutte contre le changement climatique, nous serons confrontés tout au long du 21ème siècle à une intensification des vagues épidémiologiques et des épisodes climatiques extrêmes. Aujourd’hui la moitié de l’Humanité est en confinement à cause d’un virus, mais est-on assez naïfs pour penser que la situation sera très différente la prochaine fois que des incendies monstrueux ravageront   un pays ou qu’un cyclone dévastera un sous-continent ? Nous devons nous accoutumer à ce que les déséquilibres que nous avons laissé s’installer entre nous et la Nature produisent des ruptures violentes et soudaines des activités humaines.

Face à cela, les usages numériques seront souvent les seules solutions pour assurer la continuité de notre activité économique, nos services publics, nos liens sociaux. Transition environnementale et transformation numérique sont les deux faces d’une même pièce. C’est ce que vient de nous révéler la crise du coronavirus et c’est ce que les entreprises, les pouvoirs publics et les citoyens vont devoir intégrer rapidement.

 

Comment capitaliser sur ce choc pour faire grandir la French Tech et garantir notre souveraineté technologique ?

Le débat sur les relocalisations fait rage dans les médias et ne concerne que les activités industrielles. Alors même que la quasi-totalité des solutions numériques utilisées pendant le confinement étaient étrangères !

En l’état actuel de désarmement technologique de nos acteurs privés et publics, il serait illusoire de prétendre mener la transformation numérique de la France sans les “Big Tech” étrangères. Si le but des pouvoirs publics est d’assurer la souveraineté technologique du pays, il faudra acter un choix politique fort et investir plusieurs dizaines de milliards d’euros supplémentaires dans les solutions “made in France” portées par notre écosystème local de startups. Notre retard est important, et les géants du CAC40 portent une responsabilité historique : les grands groupes américains et chinois investissent six fois plus dans les startups de l’Intelligence Artificielle que les grands groupes européens.

La souveraineté, c’est avoir le choix. La crise du coronavirus laisse entrevoir une polarisation du monde en plusieurs grands espaces qui se referment. Il est temps d’affirmer une alternative européenne. Le modèle dominant dans la Silicon Valley était “global from day one” : pour grandir vite (“blitzscaling”), une pépite technologique devait nécessairement aller chercher à l’international des effets de réseaux et des économies d’échelle importants pour s’assurer ensuite une rente de domination (“winner takes all”). Il faudra scruter les startups européennes après le choc du Covid : vont-elles consolider leur marché domestique plutôt que de se lancer dans des expansions internationales rendues incertaines ?

 

Face à la crise qui couve et à l’explosion annoncée du taux de chômage, quel peut-être le rôle des entreprises du digital dans la relance de la machine économique ?

Juste avant la crise, les startups étaient devenues les premières créatrices nettes de CDI. Les déboires judiciaires de quelques plateformes américaines font oublier que 94% des emplois créés dans les startups sont des CDI.

Les conséquences du coronavirus sur l’emploi sont terribles : un million de demandeurs d’emplois supplémentaires ! Il serait illusoire d’imaginer que tous seront embauchés dès demain dans des startups, mais il est raisonnable de penser que les métiers numériques – durables et non-délocalisables- sont une partie de la solution.

La transition vers les métiers numériques pourrait être enclenchée par un mécanisme simple : pourquoi ne pas transformer le chômage en “congé formation numérique” ? En garantissant le même niveau de protection sociale, de nombreux salariés pourraient sereinement se doter de solides compétences digitales, dont nos industries ont cruellement besoin. Le coût du chômage partiel serait moins lourd pour le contribuable, puisque les CPF et les OPCO prendraient le relais. Ce serait du gagnant-gagnant !


Nicolas Brien est le directeur général de France Digitale, la plus grande organisation de startups en Europe avec plus de 1400 membres. Auparavant, il était directeur des études de Kantar-TNS Sofres (WPP) et conseiller principal de Najat Vallaud-Belkacem (porte-parole du gouvernement français).
Nicolas est chargé de cours à Sciences-Po Paris et à HEIP (Institut des hautes études internationales et politiques). Il est titulaire d’une maîtrise du SIPA de la Columbia University. 

Laisser un commentaire