Dans un monde où tout est instantané, l’Institut Sapiens vous propose de prendre 5 minutes chaque lundi pour (re)découvrir les principales informations économiques et technologiques de la semaine écoulée, commentées par nos experts.

Une IA capable de détecter Alzheimer 6 ans avant les médecins

Source : Siècle Digital

Des chercheurs de l’Université de San Francisco ont créé une IA capable de détecter la maladie d’Alzheimer en moyenne 75,8 mois avant les médecins. L’algorithme a été entraîné à l’aide de 1921 scanners. Les tests de détection de la maladie dégénérative ont été concluants avec un taux de réussite de 92% lors du premier essai pour un panel de 188 patients, et de 98% lors du deuxième test pour une base de données répertoriant 40 individus. Même si cette maladie n’est pas curable aujourd’hui, la détection plus tôt permet d’accompagner le patient et de lui permettre d’avoir une meilleure qualité de vie. Alzheimer touche près de trois millions de personnes en France, soit 4,5% de la population.

Notre analyse : Les applications liant imagerie médicale et IA sont de plus en plus nombreuses. Que ce soit l’IA Lyna de Google capable de détecter le cancer du sein avec une précision de 99% ou l’IA Deepmind pouvant déceler plus de cinquante maladies oculaires, cette technologie détecte de mieux en mieux toutes sortes de pathologies. De plus, cette dernière pourrait désormais nous renseigner sur les différentes spécificités de cette maladie encore mal comprise grâce à l’analyse de millions de scanners d’individus atteints. Toutefois, cette IA a encore besoin d’entraînements et de paramétrages durant les années à venir pour devenir totalement opérationnelle et autonome.

La Franche achète l’un des plus puissants supercalculateurs d’Europe

Source : BFM TV

Dans le cadre de son plan IA, la France vient d’investir dans un des supercalculateurs les plus performants d’Europe. Ce dernier, appelé HPC-IA, est capable de traiter 14 pétaflops par seconde soit 14 millions de milliards d’opérations par seconde. Cette acquisition « doublera les moyens de calcul disponibles pour la simulation numérique » selon le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Ce dernier servira entre autres en biologie, en climatologie et plus particulièrement dans le domaine de l’IA. Grâce à celui-ci, les chercheurs pourront tester plus efficacement, et éduquer de manière plus rapide leurs IA grâce à un traitement de données plus important.

Notre analyse : Grâce à ce supercalculateur la France se place en troisième position dans le classement européen de ces ordinateurs derrière l’Allemagne et la Suisse. Toutefois plusieurs réserves sont à émettre à propos de cette acquisition. Tout d’abord, il faut noter que le précédent plus performant supercalculateur français avait une puissance de calcul d’environ 12 pétaflops, ce qui est relativement proche de cette nouvelle acquisition. Ensuite, ce supercalculateur ne saurait rivaliser avec ceux des Etats-Unis et de la Chine qui sont respectivement 10 fois (143 pétaflops) et 6,5 fois (94 pétaflops) plus puissants que HPC-IA ! Enfin selon TOP500, la France ne compte que 2 supercalculateurs dans le top 30 mondial contre 11 pour les Etats-Unis. La mise en commun de ces ordinateurs au niveau européen permettrait de gagner en compétitivité sur le sujet puisque l’Union Européenne dans son ensemble en dispose de 8 dans ce top 30. En bref, annoncée comme une spectaculaire acquisition, cet achat met en fait en exergue tout le retard français sur les supercalculateurs, et plus globalement dans le domaine de l’IA.

Un robot conçu pour incarner un proche disparu au Japon

Source : Science Post

Le Digital Shaman Project a pour objectif d’apporter un soutien psychologique aux personnes ayant perdues un proche. Dans cette optique, le projet a créé un robot à l’effigie de l’individu disparu. Ce dernier portera un portrait 3D de la personne. Pour se faire, les caractéristiques, la voix et les expressions quotidiennes de l’individu devront être enregistrées préalablement. Cette copie robotique de la personne décédée aura une durée de vie 49 jours, soit la durée de deuil traditionnelle au Japon. Grâce à ce robot, la personne pourra également transmettre des messages préenregistrés à ses proches après sa disparation.

Notre analyse : Ce projet propose la création d’un clone robotique d’une personne. Ce dernier est certes encore très irréaliste et ses capacités sont limitées. Toutefois l’augmentation rapide des aptitudes et des applications dans les domaines de l’IA et de la robotique permettra demain de créer des doubles robotiques, digitales et numériques d’individus physiques vivants ou non et ce de manière très fidèle. Cela dit, même si dans un futur proche, la machine nous rassemblera physiquement comme deux gouttes d’eau et disposera de capacités cognitives supérieures aux nôtres, cette dernière ne saurait remplacer l’émotion qu’un humain éprouve pour un autre humain, et ce notamment concernant le deuil.

Les seniors partagent plus de « fake news » que les jeunes

Source : L’Obs

Selon une étude réalisée par des chercheurs des universités de Princeton et de New York, les seniors seraient plus enclins à relayer des « fake news » sur les réseaux sociaux. Cette étude a été effectuée sur 1 200 profils Facebook et renseigne sur les partagent de liens effectués sur ce réseau durant l’élection présidentielle américaine de 2016. Les liens partagés de certains sites listés comme propagateurs de fausses informations étaient considérés comme des partages de « fake news ». Il en résulte que le partage de ces dernières ne concerne que 8,5% des profils. Toutefois, les personnes de plus de 65 ans dans ce panel partagent en moyenne 7 fois plus de « fake news » que les individus ayant entre 18 et 29 ans.

Notre analyse : Cette étude met en exergue le fait que les nouvelles générations s’adaptent aux nouveaux systèmes d’information et d’actualité que représentent les réseaux sociaux. L’éventualité de lire une « fake news » incite les plus jeunes à développer leurs esprits critiques et à ne rien prendre pour acquis. Toutefois même si l’esprit critique s’avère plus vivace chez les jeunes générations que pour les plus anciennes, l’efficacité de la critique dépendra principalement de l’augmentation globale du capital humain pour l’ensemble de la population. Avoir un esprit critique est une bonne chose, avoir des connaissances pour démêler le vrai du faux est encore mieux.

Laisser un commentaire