Dans un monde où tout est instantané, l’Institut Sapiens vous propose de prendre 5 minutes chaque lundi pour (re)découvrir les principales informations économiques et technologiques de la semaine écoulée, commentées par nos experts.

L’IA surpasse l’humain pour la première fois dans un jeu à information imparfaite

Source : Numerama

L’IA AlphaStar de Google a récemment battu pour la première fois deux joueurs professionnels du jeu vidéo Starcraft II. Par rapport au jeu de go ou aux échecs, Starcraft se joue en situation d’information incomplète. L’IA ne dispose donc que de données partielles sur les autres joueurs. Le plus impressionnant selon ces derniers est que l’IA leurs a été supérieure autant dans la micro-gestion (gestion des troupes individuelles) que dans la macro-gestion (optimisation de l’économie, des ressources disponibles). Enfin pour rendre la partie équitable, l’IA ne pouvait effectuer qu’une quantité d’actions de jeu par minute égale à celle d’un joueur humain professionel.

Notre analyse : Cet exemple prouve que l’IA peut être supérieure à l’humain dans certains domaines précis tels que la gestion. Comme le précise Demis Hassabis, le fondateur patron de DeepMind, « les techniques derrière AlphaStar pourraient être utiles dans d’autres problèmes tels que les prévisions météorologiques et la modélisation du climat, qui impliquent également des prévisions sur de très longues séquences ». Après d’autres exemples où l’IA a surpassé l’Homme dans la gestion, comme lorsque Google a confié la gestion du système de refroidissement de ses data centers à une IA qui a réduit la consommation d’énergie de 30%, cette technologie concurrence désormais l’être humain dans certains environnements à informations imparfaites qui demandent un raisonnement en termes de probabilités.

 Une IA évalue le risque criminel d’un individu

Source : Siècle Digital

Les algorithmes de jugement des individus concernant le risque de récidive aux Etats-Unis sont de plus en plus utilisés. Dans un pays où la population carcérale est très élevée, le but du gouvernement était d’une part de traiter les individus plus équitablement, et d’autre part de le faire de manière plus rapide. Le score affecté à un individu par l’IA est transmis au juge qui l’intègre à son processus de décision. Toutefois certaines critiques sont émises telles que la potentielle stigmatisation de certaines minorités par cette technologie.

Notre analyse : Si le gain de temps est indéniable dans ce cas, la justice et l’équité le sont moins. D’une part il nous est aujourd’hui impossible de retracer le processus de décision d’une IA et donc de savoir si ce dernier est juste. Une IA peut très bien stigmatiser une population défavorisée ou une certaine région du fait que la criminalité y est plus importante. D’autre part, concernant les évaluations de récidive criminelle, le jugement, le contact et le ressenti humain occupe une place à part dans ce domaine que l’IA ne peut reproduire ou comprendre.

 L’IA pourrait remplacer 30 millions de travailleurs américains d’ici 2030

Source : Developpez.com

Selon le think tank américain Brooking Instition, le développement de l’IA pourrait remplacer environ 30 millions de travailleurs américains sur les dix prochaines années. Les postes les plus exposés sont ceux des serveurs, des cuisiniers, des restaurateurs, ainsi que les métiers du transport sur courte distance. Concernant les tâches de ces derniers, plus de 70% d’entre elles seraient automatisables. Le rapport du think tank rassemble également de nombreux économistes qui voit en l’IA une source de croissance économique.

Notre analyse : Si l’IA menace les emplois automatisables, elle induit également le développement et la création de nouveaux métiers à forte valeur ajoutée tels que les psydesigners ou les data scientistes. Ensuite concernant les travailleurs à tâches automatisables, ces derniers pourront trouver en l’IA un formidable outil d’augmentation de leurs productivités, et donc de leurs rémunérations. L’automatisation de certaines tâches est également profitable dans des métiers à forte pénibilité. Loin d’être une menace pour l’emploi, l’IA développera, augmentera et améliorera le niveau d’emploi, les compétences et la productivité des travailleurs.

 Google fait un don de 2 millions de dollars à Wikimédia

Source : Clubic

Les dons se multiplient pour la fondation à but non-lucratif Wikimédia. Ces derniers doivent servir à pérenniser les projets en cours et à en développer des nouveaux. Ce don de Google est plus particulièrement destiné à traduire les articles de Wikipédia en certaines langues encore trop peu représentées au sein de la firme, telles que l’arabe mais également certains dialectes indiens. Ce projet, appelé Tiger Project, aura aussi à sa disposition les outils de Google en matière de machine learning pour aider les traducteurs dans leur mission.

Notre analyse : Google opère à une auto-redistribution de ses revenus via ce genre de projets, dans une certaine mesure. La puissance financière et technique des GAFAM leurs permet de se substituer aux États dans certains cas traditionnellement affectés au secteur public. Wikimédia ayant comme objectif d’apporter la connaissance à tout le monde, ce don relève d’un investissement pour le développement du capital humain dans certaines régions du monde. La hausse individuelle de ce capital permettra une meilleure compréhension des nouvelles technologies et donc un développement des compétences pour les utiliser.

 

 

Laisser un commentaire