Quand :
3 avril 2019 @ 18 h 30 min – 21 h 00 min
2019-04-03T18:30:00+02:00
2019-04-03T21:00:00+02:00
Où :
Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne
Route Cantonale
1015 Lausanne
Suisse
Coût :
Gratuit

Après Troyes, Bordeaux et Tours, l’Institut Sapiens lance son antenne territoriale à Lausanne, avec un grand débat public à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne.

L’avenir de l’énergie se joue maintenant !

Pas un jour ne s’écoule sans nouvelles alarmantes sur le front du réchauffement climatique. Les appels à l’action s’amplifient. Où cela nous mène-t-il ? Quelles sont les voies de la transition énergétique scientifiquement, technologiquement et économiquement vraisemblables ? Quelles sources d’énergie ? Quels vecteurs ? Quels stockages ? Quels moyens de distribution ? Les décisions prises aujourd’hui nous engageront sur les voies optimales ou dans le mur.

L’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne et l’Institut Sapiens vous invitent mercredi 3 avril à 18h30 à un débat public entre deux experts de haut niveau :

 

Philippe Charlez,

Ingénieur des mines de l’Ecole Polytechnique de Mons, docteur en physique de l’Institut de Physique du Globe de Paris, professeur à Science Po Paris, à l’INSEAD, à Mines Paris Tech et au Centre International de Formation Européenne, expert énergie à l’Institut Sapiens. Auteur notamment de : « Croissance, énergie, climat, dépasser la quadrature du cercle » aux éditions De Boek Supérieur. Philippe Charlez est actuellement conseiller technique auprès du directeur de la communication d’un grand groupe pétrolier.

 

Hubert Girault,

Directeur du laboratoire d’électrochimie physique et analytique à Sion (VS) où il mène des recherches fondamentales sur les fuels solaires. Hubert Girault dirige aussi le centre de recherche Electromobilis à Martigny (VS) spécialisé dans le stockage par mégabatteries de l’énergie et dans la distribution d’hydrogène pour véhicules.

 

 

Pour Philippe Charlez, le mix énergétique mondial sera encore composé de 50% d’énergies fossiles en 2050, contre 84% aujourd’hui. Les énergies renouvelables, par nature intermittentes, ne sont envisageables que localement. Elles doivent être étroitement couplées au gaz – afin de sortir définitivement du charbon – ou à l’énergie nucléaire. Mais la transition énergétique n’est pas seulement électrique. Sur les grandes distances, on sera en mesure de conserver des véhicules thermiques qui consommeront trois fois moins d’essence. A terme, pour préserver la croissance, seule la fusion nucléaire pourra prendre le relais des énergies fossiles. La pensée unique véhiculée par l’écologie politique et militante nous détourne malheureusement aujourd’hui des décisions optimales.

Pour Hubert Girault, il est juste de parler de mix énergétique encore à long terme, cependant l’énergie solaire est en train de s’imposer ainsi que l’énergie éolienne marine. L’hydrogène, en tant que vecteur des énergies renouvelables, est en mesure de progressivement se substituer aux énergies fossiles. Des camions et des trains rouleront à l’hydrogène. Des bateaux navigueront à l’hydrogène. Des drones voleront à l’hydrogène. Les batteries ou l’hydrogène alimenteront les voitures électriques, majoritaires sur les routes. L’Europe, qui a déjà perdu la bataille des batteries pour voitures, peut et doit s’investir dans l’avenir de l’hydrogène.

Le débat sera animé par William Heinzer, ex-journaliste à la RTS et ambassadeur de l’Institut Sapiens en Suisse Romande. Son objectif : le taux 0 jargon. Sa conviction : les thèmes de cette importance doivent être mis à la portée du grand public, hors de tout dogmatisme politique, grâce à la confrontation des meilleurs scientifiques.

Ce sera la première apparition publique en Suisse Romande de l’Institut Sapiens.

 

>> Inscrivez-vous en cliquant ici <<

Laisser un commentaire