Le vendredi 27 septembre, l’Institut Sapiens, représenté par son directeur des études, Erwann Tison, a participé bénévolement à une conférence sur l’avenir de la mobilité organisée à Biarritz par l’Université du futur, un think tank créé par la région Nouvelle-Aquitaine. A cette occasion il a présenté une conférence ayant pour thème « la mobilité est la première des libertés » exposant les effets économiques des innovations liées au transport dans l’Histoire. Une présentation dont le contenu a été salué à la fois par les organisateurs, les élus sur place et les personnes présentes dans le public. 

L’intervention ne prêtait nullement à polémique. Elle a pourtant été retirée du site dédié et toute trace de la participation de l’Institut à cette rencontre a été effacée des supports de communication de la Région, à la demande d’un de ses vice-présidents affilié au parti politique Europe-écologie les Verts, au motif qu’il aurait été à la fois en désaccord avec son intervention et avec la ligne éditoriale de l’Institut Sapiens. 

Le bureau exécutif de l’Institut Sapiens fait part de son grand étonnement devant une censure que rien ne peut justifier. Il est stupéfiant qu’un exécutif de Région se réclamant des valeurs républicaines puisse censurer la parole d’une structure non partisane, indépendante et à but non lucratif, au motif que celle-ci ne correspondrait pas à son logiciel idéologique. 

Association à but non lucratif, l’Institut Sapiens a pour vocation de remettre l’humain au centre du monde bouleversé par les technologies. Il porte les valeurs fondamentales d’ouverture et de liberté, au service d’un débat public apaisé. Un positionnement dont on voit mal comment il pourrait susciter l’ire des élus de la République. L’Institut Sapiens s’enorgueillit d’ailleurs d’être régulièrement consulté, auditionné et cité comme référence par le Parlement et différentes institutions françaises et internationales.

Nous déplorons vivement cette décision prise par la région Nouvelle-Aquitaine qui n’a pas souhaité répondre à nos demandes d’explication. 

Laisser un commentaire