Dans un monde où tout est instantané, l’Institut Sapiens vous propose de prendre 5 minutes chaque lundi pour (re)découvrir les principales informations économiques et technologiques de la semaine écoulée, commentées par nos experts.

Deux bébés génétiquement modifiés seraient nés en Chine

Source : Futura Sciences

Ce mercredi 28 novembre, le docteur He Jiankui, un scientifique chinois, a annoncé lors d’un congrès à Hong Kong qu’il avait réussi à donner naissance à deux jumelles génétiquement modifiées. Ce dernier a utilisé la technique CRISPR-Cas9, dite des « ciseaux génétiques » développée par le duo franco-américain Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna. Cette annonce a eu l’effet d’un cataclysme dans l‘ensemble du monde scientifique, qui rejette unanimement cette expérience, la jugeant éthiquement inacceptable. Le but du scientifique chinois était de modifier un gène chez les bébés afin de les rendre résistants au VIH. Toutefois, la technique CRISPR-Cas9 provoque des mutations génétiques inattendues et sa fiabilité n’est en rien démontrée.

Notre analyse : Le progrès technologique, qu’il concerne la biologique ou autres, est une bonne chose dans le cadre d’avancées sociales, médicales, économiques. Toutefois, un certain cadre de recherche et une certaine éthique doivent être respectés. En 2016, la communauté scientifique s’était mise d’accord pour ne pas recourir à ce genre d’expérience avant que la technique de modification des gènes ne soit parfaitement sûre et ne présente aucun risque. Si actuellement de telles expériences peuvent échapper, tant au monde scientifique qu’aux Etats, une gouvernance en la matière devrait être mise en place pour réguler et contrôler les tests dangereux et moralement inacceptables, sans pour autant brider l’avancée scientifique.

 

La France a dévoilé son plan pour devenir leader mondial en IA

Source : Le Big Data

La stratégie française pour devenir leader dans l’IA a été dévoilée ce mercredi. Cette dernière se base sur six axes principaux. Tout d’abord, au niveau de la recherche, quatre instituts pluridisciplinaires vont voir le jour sur des campus universitaires clés. Celles-ci seront financées à hauteur de 300 millions d’euros. En parallèle, la France compte créer 190 chaires supplémentaires liées à l’IA, contre seulement 20 aujourd’hui. Ceci sera fait dans l’objectif d’attirer les meilleurs chercheurs du monde. De plus, 100 millions d’euros vont être alloués pour soutenir les projets de recherche en IA. Il faut également noter qu’un supercalculateur va être mis à la disposition des chercheurs au CNRS. Enfin, l’Etat souhaite renforcer un double partenariat, celui du public-privé, et à l’international avec l’Allemagne notamment qui compte investir pour 3 milliards d’euros dans l’IA.

Notre analyse : La France a enfin établi une stratégie claire concernant l’IA. C’est notamment le cas au niveau de la formation où l’Etat se dote de moyens d’attirer les talents dans ce domaine et d’en former d’autres avec comme objectif une augmentation de 100% du nombre de doctorants dans l’IA, qui passerait de 250 à 500. Toutefois, les financements annoncés d’un montant de 665 millions d’euros s’avèrent bien en deçà de ceux de nos concurrents directs tels que les Etats-Unis ou la Chine qui a un plan de développement de l’IA de 14 milliards de dollars. Il sera donc difficile de devenir leader dans le domaine de l’IA avec si peu de financements. De plus, une stratégie globale au niveau européen reste indispensable pour être compétitif sur cette technologie. La mise en commun des connaissances et des moyens financiers permettrait de réaliser des économies d’échelle substantielles et d’être globalement plus productif, en comparaison avec des stratégies individuelles et non coordonnées.

 

Comment Microsoft a dépassé Apple pour redevenir la première capitalisation boursière mondiale ?

Source : Le Monde Blogs

Ce vendredi, Microsoft est redevenu la première capitalisation boursière mondiale devant Apple, place que la firme avait abandonnée en 2003. Même si Microsoft a toujours été une formidable machine à profits, cette dernière avait vu Apple lui passé devant notamment à cause de l’essor des smartphones, révolution qu’elle avait complètement manquée. Ce retour au premier plan s’explique par une nouvelle stratégie qui s’articule autour de trois axes. Tout d’abord, une modification de la culture d’entreprise qui se base sur la compréhension des demandes de sa clientèle et sur une structure hiérarchique plus souple. Ensuite, une rupture stratégique, où l’entreprise qui produisait auparavant majoritairement des logiciels, s’occupe désormais de créer des applications et propose de nombreux services. Enfin, la spécialisation de la firme dans le cloud computing, qui représente actuellement environ 30% du chiffres d’affaires et des profits.

Notre analyse : Après avoir repris sa deuxième place au profit d’Alphabet en avril dernier, Microsoft continue sa remontée au niveau boursier. Grâce à cette nouvelle stratégie mise en place par M. Nadella à son arrivé à la tête de la firme en février 2014, Microsoft a multiplié sa valeur boursière par trois en trois ans. Le fait que l’entreprise est passée à côté de la révolution des smartphones lui a permis de se lancer avant ses concurrents dans d’autres domaines comme celui de la réalité augmentée. L’entreprise récolte les bénéfices de ces investissements avec notamment un contrat conclu cette semaine de 480 milliards de dollars maximum avec l’armée américaine pour leur fournir 100 000 casques de réalité augmentée.

 

L’IA représente la prochaine source de croissance dans le domaine de la gestion de nos habitations

Source : L’Usine Nouvelle

L’IA sera à l’avenir de plus en plus présente dans nos habitats. Elle servira à gérer par exemple la luminosité, à reconnaître un visage humain et à adapter la pièce en fonction de ce dernier. Même si les innovations dans ce domaine prennent plus de temps pour émerger que dans d’autres, telles que la mobilité avec la voiture autonome, l’IA sera la prochaine source d’innovation dans le domaine de la gestion d’une habitation, notamment au niveau de l’économie d’énergies. Par exemple, une IA installée dans 140 écoles parisiennes vise à réduire cette consommation de 30% et à diminuer les gaz à effets de serre qui en découle.

Notre analyse : L’IA pénètre tous les secteurs d’activité quelles qu’ils soient. Le fait de pouvoir laisser une IA gérer un établissement a un double avantage. D’une part cela permet de libérer du temps et des financements pour d’autres activités. Mais surtout cela permet d’optimiser la consommation d’énergie d’un bâtiment et réduire in fine la pollution que cette consommation non optimale génère. À l’heure où les sonnettes d’alarmes sur l’environnement sont toutes enclenchées, l’IA pourrait être un début de réponse à cela. Par exemple en août dernier, Google a assigné une IA pour gérer la température de ses data centers, ce qui a réduit la consommation d’énergie de 30% par rapport à une gestion humaine.

Chargé de mission à l’Institut Sapiens depuis mai 2018. Actuellement en Master 2 Macroéconomie et politiques européennes à la faculté des sciences économiques et de gestion de Strasbourg, il s’intéresse notamment aux problématiques liées aux sources de la croissance et du développement économique.

Laisser un commentaire