Un troisième bébé-OGM est peut-être déjà né en Chine

Source : Technology Review

Le biophysiciste chinois He Jiankui avait annoncé l’année dernière la naissance de deux jumeaux génétiquement modifiés. En même temps, il avait été également annoncé qu’une seconde femme était enceinte d’un bébé CRISPR – ce qui fut confirmé par un test sanguin. Ce bébé devrait avoir aujourd’hui (juillet 2019) 9 mois et pourrait donc naître à n’importe quel moment, voire est déjà né. La question porte alors sur la réaction du gouvernement chinois, qui est forcément au courant de la transgression. Il va sûrement la condamner, mais quelles sanctions vont être mises en œuvre afin qu’un tel événement ne se reproduise pas ? Quoiqu’il en soit, au-delà de la polémique, les scientifiques présents au Sommet International sur l’Édition du Génome Humain, même s’ils ont tous condamné cette démarche jugée irresponsable, ont tout de même avoué que maintenant que l’expérience a été menée, les données qui en résultent devraient être rendues publiques afin de déterminer si elle fut un succès ou non.

Analyse : L’impact d’une telle intervention sur le génome humain reste encore méconnu. La technique CRISPR-Cas9 manque encore de précision et en souhaitant intervenir sur une caractéristique en particulier, cela pourrait avoir d’autres conséquences (potentiellement létales) imprévues. La méthode est donc extrêmement risquée, d’autant plus que les modifications sont ensuite vouées à se transmettre de génération en génération. Si, pour ces raisons, la plupart des scientifiques appelle à un moratoire international sur la modification du génome humain, celui-ci est extrêmement difficile à faire respecter. Un biologiste russe a dernièrement annoncé s’apprêter lui aussi à utiliser cette technique sur des embryons. Cette fois-ci, pour préserver les capacités auditives des enfants qui naissent de parents sourds. Mais certains scientifiques estiment que les risque est tellement grand, qu’il est moralement injustifiable d’utiliser cette technique alors que la vie du bébé n’est pas en jeu. S’il est difficile de maîtriser de telles dérives, à terme, l’enjeu est aussi géopolitique. Si on venait à réaliser qu’il était effectivement possible d’améliorer les capacités de sa population tout en maitrisant les risques, alors il y a fort à parier qu’une puissance telle que la Chine ne se priverait pas d’une technologie aux conséquences aussi considérables sur sa suprématie. En fait, si cette technologie venait à être maitrisée, le pays qui viendrait à la rejeter pour des raisons éthiques signerait son arrêt de mort par la même occasion. Refuser d’augmenter sa population alors que les autres le font, c’est comme refuser d’éduquer sa population alors que les autres le font : c’est du suicide. Aussi oppressant que cela puisse paraître, la sélection naturelle s’occupera de faire disparaître les espaces humaines les moins aptes. L’enjeu de la modification du génome humain est donc existentiel et une vraie coopération internationale est nécessaire. Mais est-elle possible ?

 

L’IA fait des découvertes scientifiques en explorant de vieux documents

Source : Siècle Digital

Des chercheurs du Lawrence Berkeley National Laboratory ont utilisé une intelligence artificielle (IA) nommée « Word2vec » afin de réaliser de nouvelles découvertes scientifiques. L’IA a passé en revue un grand nombre d’articles scientifiques dans le domaine de la science des matériaux et a fait des découvertes qui avaient non seulement échappé aux scientifiques humains, mais qui étaient hors d’atteinte pour un cerveau humain. Comme l’explique l’un des chercheurs de cette étude, Anubhav Jain, l’ « algorithme peut lire n’importe quel article sur la science des matériaux, ce qui lui permet d’établir des liens qu’aucun scientifique ne pouvait établir. Parfois il réalise simplement le travail qu’un chercheur ferait, d’autres fois il fait ces associations interdisciplinaires, qui permettent d’explorer de nouvelles pistes scientifiques ». Ainsi, l’IA a découvert de nouveaux matériaux « thermoélectriques ». Si cette technologie a été utilisée pour les sciences des matériaux, elle est applicable à d’autres disciplines.

Analyse : Cette innovation n’est pas anecdotique puisqu’elle pourrait faire bondir le nombre et le rythme de découvertes scientifiques. Or, on sait grâce à la théorie de la croissance que cette dernière dépend fortement du progrès technique, et donc de nos connaissances scientifiques. Certains économistes considèrent même que la connaissance est la ressource la plus précieuse et que la croissance économique n’est limitée que par notre savoir. Cette innovation est donc potentiellement révolutionnaire. Si ce type d’IA continue à être pertinent et à se perfectionner, le rôle des chercheurs serait alors de fournir des données aux intelligences artificielles afin que celles-ci fassent les connexions entre les différentes approches de ces nombreux papiers. Le gain pour l’économie et le développement humain serait alors considérable.

 

L’intelligence artificielle de Facebook écrase plusieurs champions de poker

Source : 20 minutes

Nous avons l’habitude d’entendre régulièrement les victoires d’intelligences artificielles à différents jeux contre de grands champions (jeu de dames, échecs, jeu de go etc.) mais c’est la première fois qu’une IA bat un groupe de joueurs. Il s’agit là de 6 joueurs de poker. L’IA, appelée Pluribus, s’est entrainée en jouant plus de 5000 parties contre Darren Elias et Chris Fergusson (champions de poker) de manière individuelle. Avant cela, les concepteurs avaient laissé Pluribus jouer contre elle-même afin qu’elle apprenne au fil des décisions aléatoires les subtilités du jeu. Elle a ainsi pu développer ses propres tactiques et stratégies. La principale force de cette machine, d’après le joueur Darren Elias vient de « sa capacité à recourir à différentes stratégies », cela s’est notamment traduit par l’usage du « donk betting » qui consiste à miser de façon agressive quand cela ne présente pas d’avantage tactique (ce qui est considéré par les professionnels comme une mauvaise tactique). Ainsi, la machine pourrait contribuer à changer les tactiques mises en place par les professionnels humains actuels dans ce secteur.

Analyse : La victoire de l’IA dans des jeux à deux comme les dames, les échecs ou le jeu de go sont remarquables mais ne relève que du machine learning ; une victoire à une table de poker composée de 6 personnes nécessite de nouvelles formes d’intelligences beaucoup plus complexes. Dans le but de créer une IA ayant la capacité de gagner une partie de poker à plusieurs joueurs, il est indispensable de prendre en compte la discipline de « la théorie des jeux » afin de calculer les conséquences d’une décision individuelle sur les décisions futures des autres joueurs. De plus, il existe des informations cachées ou indisponibles que la machine doit quantifier et prendre en compte ; sans compter le bluff des autres joueurs. Cette victoire constitue donc une nouvelle preuve du caractère illimité des possibilités que l’Intelligence Artificielle peut nous offrir.

 

Cette IA détecte les images modifiées avec Adobe Photoshop

Source : PIX GEEKS

Un groupe de chercheurs d’Adobe a annoncé avoir réussi à détecter les modifications effectuées sur Photoshop. Le but de l’entreprise est clairement de tenter de lutter contre les trucages qui pullulent sur la toile en les identifiant au mieux : « Cette nouvelle recherche s’inscrit dans le cadre d’un effort plus général mené par Adobe pour mieux détecter les manipulations d’image, de vidéo, d’audio et de document ». Le taux de réussite de ce nouvel outil est de 99% pour la détection de photos modifiées (quand les opérateurs humains atteignent « seulement » 53% de taux de réussite).

Analyse : Dans un contexte devenu extrêmement complexe, où la véracité de chaque information n’est jamais totalement garantie et où les deepfakes, les voix modifiées  vont se développer rapidement, il est indispensable que de tels outils se développent. La lutte contre les fake news et les faux documents est indispensable afin d’éviter une situation de chaos sur la toile dans le futur. Il est nécessaire que des outils servent de nouveaux tiers de confiance dans le futur et puissent garantir la véracité des contenus publiés. Qui de mieux que les entreprises qui ont créées ces outils pour signaler la présence de trucage (Photoshop a été créé par Adobe)? Nous pouvons même imaginer dans le futur des outils pour supprimer les modifications qui ont été apportées sur des images ou des vidéos grâce à un bouton « Annuler les modifications ». Malgré tout, la meilleure réponse à apporter aux fake news et aux contenus modifiés reste un public avertit développant une analyse et un esprit critique. En effet, ne pas prendre chaque information pour argent comptant sera de plus en plus important.

 

Laisser un commentaire