La crise sanitaire du Coronavirus pourrait rapidement se transformer en une crise économique profonde qui engendrera une mortalité importante de nos petites et moyennes entreprises. Si le volet sanitaire semble être pris en compte par les autorités, le risque économique doit être jugulé au plus vite, pour éviter que les efforts entrepris ces dernières années en termes de croissance économique et de baisse du chômage ne soient anéantis en quelques semaines. 

Nous formulons 5 propositions concrètes pour permettre à nos entreprises d’amortir ce choc.

1/ Favoriser le chômage technique et le chômage partiel. Pour éviter de nombreux licenciements, l’Etat doit faciliter la mise en place de ces dispositifs en les déclenchant à la demande des entreprises et en compensant la perte de salaire dès le 1er jour (contre 15 jours actuellement).

2/ Multiplier les prêts à taux zéro par la BPI. Nos entreprises ne sont pas toutes armées de la même façon pour lutter contre cette crise. La Banque Public d’Investissement doit mettre à disposition des entreprises des prêts à taux zéro qui leur permettront de pallier le manque de liquidité dû à une diminution de la demande.

3/ Permettre l’étalement du paiement des impôts et des cotisations sociales. Les entreprises vont être durement touchées par la crise actuelle. Il est indispensable de leur permettre de reporter l’acquittement de leurs impôts et cotisations dues au titre du premier trimestre sur le reste de l’année, pour ne pas les asphyxier davantage.

4/ Assouplir les délais de paiement. Les grands groupes et les collectivités doivent être compréhensifs face aux éventuels retards de paiement des petites et moyennes entreprises, dont les trésoreries vont être vite épuisées. A l’inverse, les grandes structures donneuses d’ordres (Etats et grandes entreprises) doivent raccourcir leurs délais de paiement pour ne pas handicaper encore plus les PME.

5/ Inciter plus que jamais à la pratique du télétravail. Cette pratique doit connaître un essor sans précédent dans nos entreprises. Tous les actifs pouvant effectuer leur travail à domicile doivent y être encouragés par leur hiérarchie, pour réduire le nombre de personnes dans les transports publics et limiter le risque de contagion tout en continuant à faire tourner l’économie.

Laisser un commentaire